• Vinovert

    Vinovert

    Vins propres et bons, Vignobles responsables et entreprenants, Arbitrages des consommateurs

    Lire la suite

  • Auprès des consommateurs

    Auprès des consommateurs

    Impliquer le consommateur final à chaque étape

    Lire la suite

  • Auprès des professionnels

    Auprès des professionnels

    Une collaboration étroite avec les professionnels des secteurs viti-vinicoles

    Lire la suite

  • La responsabilité sociétale

    La responsabilité sociétale

    Des valeurs qui donnent de la valeur

    Lire la suite

  • Des collaborations internationales

    Des collaborations internationales

    Espagne, France, Portugal, Suède, la variété des climats et des marchés assurent une approche globale des vins naturels et responsables

    Lire la suite

05/12/2018 - Casa da Música in Porto

Resistant varieties, alternative to fungicides?Dans le cadre des activités du projet Vinovert,...

20-21/11/2018 - Salon Vinitech

VINOVERT interviendra au salon VINITECH organisé par l'ISVVViticulture biologique, Vins Bio...

7-9/11/2018 - Grapevine and Wine Sciences

International Congress on Grapevine and Wine SciencesKnow more on ICGWS meeting, November 7-9,...

8-10/10/2018 - CONGRESO SOCIEDAD DE FITOPATOLOGÍA

CONGRESO DE LA SOCIEDAD ESPAÑOLA DE FITOPATOLOGÍA (SEF)http://www.congresosef2018.es/1SAVE,...

Résidus de pesticides

Analyses de résidus de pesticides dans les vins du projet Vinovert – techniques et résultats

Vinovert propose plusieurs expérimentations consommateurs dans le cadre de ses activités d’études. Ces expérimentations cherchent à démontrer la valorisation par les consommateurs de certains types de vins ; vins issus de variétés résistantes, de l’agriculture biologique, ou vins sans sulfites ajoutés etc.., en comparaison à des vins dits conventionnels de qualité organoleptique équivalente ou comparable. Les performances environnementales et sanitaires des modes de production des différents vins ont été quantifiées au moyen de plusieurs indicateurs : l’indicateur de fréquence de traitements (IFT) et l’analyse de résidus de pesticides.

La sélection des vins

La sélection des vins soumis aux consommateurs pour effectuer les comparaisons dans les différentes expérimentations s’est faite par un jury professionnel de 6 à 10 dégustateurs, via une dégustation à l’aveugle.

En dehors des aspects organoleptiques, le deuxième critère qui a motivé les sélections d’une manière générale est celui de la performance des vins en matière de réduction de l’usage des produits phytosanitaires au niveau du vignoble ou dans le chai. Des vins de la certification biologique, bien connue des consommateurs, ont ainsi été choisis à côté de vins conventionnels prémium et des vins « sans sulfites ajoutés ».

Les analyses des résidus de pesticides

La question de la présence de résidus de pesticides dans les produits alimentaires est un sujet relativement ancien dans la littérature scientifique. Dans le cas du vin, les analyses sont plus récentes et font suite à la sensibilisation croissante des médias (et donc des consommateurs) sur la question de l’usage des pesticides dans le domaine viticole1. Toutefois, les techniques d’évaluation sont en perpétuelle évolution et l’on constate bien souvent une réelle différence des résultats en fonction des laboratoires d’analyses et de l’évolution des vins. C’est la raison pour laquelle, dans le cadre du projet Vinovert, nous avons fait appel à deux laboratoires différents pour effectuer ces analyses :

  • L’Unité Œnologie de l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin (ISVV), Université de Bordeaux, France.
  • El Instituto de Investigación y Análisis Alimentario (IIAA) de la Universidad de Santiago de Compostela (USC), Espagne.

L'ISVV a examiné la présence de 190 substances actives et a quantifié les composés détectés. L'IIAA a quantifié les résidus de pesticides dans les quatre échantillons de vin à partir d'une liste prédéfinie contenant 33 composés. L'IIAA a également examiné les vins au niveau de la présence d’un métabolite des dithiocarbamates, l’ETU (éthylènethiourée) ainsi que du folpel, très employé en viticulture et de son métabolite le phthalimide.

Notons à ce stade que les limites maximales de résidus (LMR), qui garantissent une présence « raisonnable » de résidus de pesticides dans les produits alimentaires auprès des consommateurs européens n’existent pas encore pour le vin (voir l’annexe VI du règlement 396/2005) mais uniquement pour les raisins de cuve (en mg/kg). Les résultats des analyses ne peuvent donc être comparés à des limites réglementaires propres au vin.

En l’absence de LMR permettant de fournir une valeur comparative de référence, nous avons dès lors choisi de communiquer aux consommateurs une information en termes de nombre de résidus présents et en termes de quantité. Seuls les résidus de composés détectés au-delà du seuil de quantification ont été comptabilisés.

Pour pallier à cette absence de LMR dans les vins, plusieurs pratiques se sont développées dans les laboratoires d’analyse ou chez les professionnels de la filière (négociants, caves coopératives, acheteurs de vin). Tout d’abord transposer directement la LMR européenne raisins de cuve : les divers rapports d’analyse1 de vin disponibles montrent que ceci est inapproprié pour les substances actives autorisées vu les faibles teneurs retrouvées dans le vin par rapport au raisin. Cette pratique est en revanche valable pour les substances actives interdites qui ont généralement une LMR raisins de cuve de 10 µg/kg. Une autre possibilité définit la LMR vin à 10 % de la LMR raisins de cuve. Ainsi pour les molécules autorisées, les valeurs proposées sont plus appropriées que dans le cas précédent, tout en étant toujours très élevées par rapport aux teneurs généralement retrouvées dans les vins. Enfin, une autre pratique consiste à utiliser des limites analytiques fixées en général à 10 µg/L pour affirmer l’absence de résidus de pesticides dans les vins.

D’autre part, certains pays hors Union Européenne ont instauré leurs propres LMR vins, elles peuvent être utilisées en particulier en cas d’exportations. Des LMR vin ont également été proposées à l’OIV.

Un peu de technique

Pour l'analyse des résidus de pesticides par l’ISVV, deux méthodes d'extraction ont été utilisées pour chaque échantillon de vin : l'extraction QuEChERS a été réalisée comme décrit dans la résolution OIV-OENO 436-2012 et l'extraction en phase solide a été réalisée sur cartouches C18 suivant une procédure interne validée dans le laboratoire. Les deux méthodes d'extraction utilisent trois étalons internes. Les extraits ont ensuite été injectés sur une colonne C18 pour une séparation par chromatographie en phase liquide en phase inverse et les composés ont été détectés en utilisant le mode dMRM (dynamic Multiple Reaction Monitoring) sur un spectromètre de masse à triple quadripôle (Agilent Technologies). Pour l'analyse des données des chromatogrammes, une méthode de criblage contenant 190 composés a d'abord été utilisée pour identifier les résidus de pesticides dans les vins. Les composés détectés ont ensuite été quantifiés avec une méthode de quantification validée avec confirmation par la méthode des ajouts dosés. Par ailleurs, le dosage du cuivre a été effectué par spectrophotométrie d’absorption atomique selon la méthode officielle OIV-MA-AS322-06 (résolution OIV-OENO 377-2009).

Dans le protocole d’analyse mis en place par l’IIAA, les échantillons ont été extraits sur des cartouches SPE en phase inverse. Les isotopes stables du cyprodinil, du métalaxyl, de l'imidaclopride et du carbendazime ont été utilisés comme étalons internes. La détermination par LC-ESI-MS/MS s’est effectuée avec une colonne C18 de type UPLC. Chaque échantillon a été analysé en dupliqua, les concentrations présentées sont issues de leur moyenne.

Dans les tableaux suivants, les résultats des deux laboratoires sont présentés dans des colonnes séparées.

Actualités

Des solutions pour les producteurs

Des solutions pour les producteurs

GT2 - Avancées sur les intrants de la vigne Nous l’évoquions dans un précédent article, les...

Lire la suite

Interview d'une chimiste

Interview d'une chimiste

La chimie dans la viticulture La science du XXIe siècle fait face à de nouveaux défis : environnement,...

Lire la suite

Résidus de pesticides

Résidus de pesticides

Analyses de résidus de pesticides dans les vins du projet Vinovert – techniques et résultats Vinovert...

Lire la suite

Variétés résistantes et acceptabilité par le marché

Variétés résistantes et acceptabilité par le marché

Résumé d’une évaluation par l’économie expérimentale Les variétés résistantes aux maladies...

Lire la suite

Vinovert au congrès international en génétique de la vigne

Vinovert au congrès international en génétique de la vigne

Les expérimentations consommateurs réalisées dans le cadre de VINOVERT ont été présentées lors...

Lire la suite

Focus sur l'étiquetage

Focus sur l'étiquetage

La demande d'information sur les produits alimentaires est en perpétuelle évolution. Les boissons...

Lire la suite

Road Trip Project - à la rencontre de jeunes européens

Road Trip Project - à la rencontre de jeunes européens

La Commission européenne (direction générale de la politique régionale et urbaine) souhaite...

Lire la suite

Le Point -

Le Point - "Le bonheur est dans l'après"

La chronique "Tendances Vins" du magazine hebdomadaire français Le Point nous parle du développement...

Lire la suite

Zoom sur l’IFT

Zoom sur l’IFT

Vers une évolution de l’indice ? L’IFT, Indice de Fréquence de Traitements, est un outil de...

Lire la suite

Coup de pouce à la viticulture

Coup de pouce à la viticulture

Les "Nudges" au service de l’environnement 2008, R. Thaler et C.R. Sunstein développent le...

Lire la suite

Interviews croisées

Interviews croisées

Professeur associée de l’ISA, chercheure au LEAF, Isabel Rodrigo travaille en sociologie rurale...

Lire la suite

Suède vs France

Suède vs France

Un marché de consommation de vins bios S’il est un pays attentif à sa qualité de vie c’est...

Lire la suite

Les opinions présentées n'engagent que la responsabilité des bénéficiaires mais ne représentent en aucun cas l'opinion officielle des organes de gestion du programme